Un art, une culture, une tradition

Le Wing Tsun Kung Fu apporte une réponse efficace en cas d’agression. Pour apprendre : Il faut simplement la volonté de s’investir dans une nouvelle discipline.

L’idée est d’avoir les capacités pour se défendre contre des ennemis plus grands et plus forts en retournant leurs forces physiques contre eux-mêmes. Cette école corporelle favorise et entretient la santé à travers des mouvements naturels et fluides.

On y trouve de vieilles traditions familiales chinoises qui nous apprennent le respect vis à vis du professeur, des autres élèves et de l’entourage.

Origines

Le Wing Tsun Kung Fu est née il y a environ 360 ans sous la dynastie Qing (1644-1912), dans une période agitée et rythmée par les invasions mandchoues et mongoles.

Des recherches historiques montrent que le Wing Tsun Kung Fu a été crée entre les provinces du Sichuan et du Yunnan dans le sud-ouest de la Chine. Une cofondatrice de ce style de boxe chinoise fut une femme nommée Yim Wing Tsun, qui donna plus tard son nom à cet art martial. Le Wing Tsun Kung Fu littéralement « boxe du printemps radieux » fut développé de manière secrète à Kwangtung et devint bientôt un célèbre style « secret » à Foshan et à Canton. C’est à Foshan que le Wing Tsun Kung Fu fut perfectionné par le légendaire Grand maître Dr. Leung Jan (né en 1816).

Ip Man

Plusieurs films d’arts martiaux  « Ip Man » ont été réalisés, ces fictions mettent en scène la vie du célèbre Grand maître du Wing Tsun Kung Fu.

Feu Grand maître Ip Kai-Man (1893-1972) fut le premier à enseigner ce style de manière publique à Foshan et plus tard à Hong Kong.

Il bénéficia de la notoriété de son ancien élève Bruce Lee (1940-1973) devenu une icône du cinéma asiatique.

A Hong Kong, son élève Leung Ting (1947-) élève à huis clos du grand maître alors à la retraite, favorisa encore la diffusion du Wing Tsun Kung Fu par une méthode d’enseignement structurée, et un enseignement auprès des occidentaux.

Fermer le menu